Dans une heure, j'entre en ambulatoire, dans le tout nouvel hôpital de Pontivy, qui se trouve à 800 m à vol d'oiseau de notre belle longère. Je vais donc (presque) essuyer les plâtres (21 jours après l'ouverture des services) pour un examen... qui, je dois l'avouer, me file les chocottes !

Mais bon, habituée comme je suis, à tous les sévices (pour mon bien) que l'on me fait subir depuis des années, je ne devrais pas tant m'inquiéter. Ce n'est pas tant l'examen que j'appréhende (quoique...) mais surtout le résultat.

On verra bien. Restons positifs !

Si vous avez un tant soit peu d'amitié pour moi, merci de penser très fort à moi entre 13 h et 15 h... Je suis persuadée que toutes vos bonnes ondes me seront d'un grand réconfort.

Bises à tous et toutes !

kério-470x0

 

Me voilà revenue !

Merci à tous et toutes pour vos bonnes ondes positives. Elles n'ont pas été de trop, car vraiment ce fut difficile et douloureux. Un moment particulièrement stressant lorsque allongée depuis 45 mns dans la salle d'opération, au froid, bien sûr, les infirmiers viennent me dire que le chirurgien est introuvable... Ni une ni deux, je leur réponds que je veux retourner chez moi... que tant pis pour l'examen... que je reviendrai une autre fois... bref, j'ai bien failli prendre la poudre d'escampette... quand deux minutes plus tard, retenue par une infirmière qui voulait me garder au frais, je vois poindre la dame qui allait me faire tant bobo ! J'ai menti lorsque je lui ai dit que j'étais contente de la voir... Méchante je suis, si je vous dis que j'aurais préféré qu'elle se casse un bras ????
Bon... c'est fini, je destresse, je respire, il semble que l'examen (laborieux parce que je suis un cas) ne donne pas d'inquiétude. Ouf !!! je suis sûre que c'est grâce à la force de vos pensées... Mille mercis à tous pour m'avoir soutenue de si loin !
 
Pendant mon attente interminable dans la salle d'examens, allongée, j'ai eu tout loisir d'admirer les locaux tout neufs, tout beaux. Un  bloc opératoire, lumineux, avec vue sur la campagne grâce à de grandes baies vitrées, des couleurs gaies, du matériel flambant neuf et à la pointe ! Que du plaisir de travailler dans ces conditions, non ?
Reste à pallier à quelques petits désordres : trop de métal dans la construction empêche les communications téléphoniques. C'est pour cela que personne n'arrivait à joindre le docteur qui devait pratiquer l'examen... Mais c'est un moindre mal... Au moins là, on ne souffrira pas des ondes électromagnétiques. ha ha !
Respect et remerciements au personnel soignant qui s'est montré empathique, à l'écoute, et très compétent. Particulièrement à l'infirmière qui voulait me tenir la main.
 
Je suis trop contente de rentrer chez moi.
Portez-vous bien !